Ivan Lubennikov

Né en 1951 (Russie), il vit et travaille à Moscou.

 

Parallèlement à son travail de peintre, Ivan Lubennikov participe surtout à de grands projets d’architecture dans les années 1980 : monument commémoratif de la section russe du musée d’Auschwitz-Birkenau, le théâtre Taganka, le Musée Maïakovski et, trente ans plus tard, trois stations de métro à Moscou ainsi que la création du grand vitrail "Ryaba la Poule" à la station Madeleine à Paris.

 

Sa peinture échappe à toute classification tant elle s’offre comme un pur jeu visuel combinant clair-obscur, épure formelle et extrême stylisation. Les motifs d’Ivan Lubennikov - nu, nourriture, alcool, paysage sibérien - parlent aux sens et les exaltent. Leitmotiv de sa peinture, les femmes condensent toute la complexité de l’artiste. Ensorceleuses ou matriarcales, sensuelles ou grotesques, elles reflètent ses états d’âme et les mutations de la société. Son œuvre s’affirme comme une réinterprétation libre et savante de la peinture russe et européenne. Et elle dessine en creux le portrait d’une personnalité ironique et hédoniste, doublé d’un observateur attentif de l’histoire de la Russie.  

 

Diplômé en art monumental de l’Institut d’art Sourikov de Moscou, Ivan Lubennikov s'est vu discerner les plus hautes distinctions artistiques de Russie. Son œuvre figure dans de nombreuses collections publiques et privées : Galerie Tretiakov, Musée Russe, Académie Russe des Beaux-Arts, Saint-Pétersbourg, Musée Peter Ludwig…

          

Born in 1951, he lives and works in Moscow.

 

Alongside his work as painter, Ivan Lubennikov mainly participates in many important architectural projects in the 1980s: the Memorial monument for the Russian section of the Auschwitz-Birkenau State Museum, the Taganka Theater, the Mayakovsky Museum and, thirty years later, three metro stations in Moscow and the creation of “Ryaba la Poule”, a large stained glass, in the Madeleine metro station in Paris.

 

His painting defies any classification as it is pure visual game combining chiaroscuro, formal sleekness and extreme stylization. Ivan Lubennikov’s topics - nude, food, alcohol, Siberian landscapes - speak to the senses and elate them. Leitmotif of his work, women condense all the complexity of the artist. Enchanting or matriarchal, sensual or grotesque, they reflect his mood and the transformations in the society. His painting is a cultivated and unrestrained reinterpretation of European and Russian paintings. And it outlines implicitly the portrait of an ironical and hedonist personality as well as an attentive observer of the history of Russia.

 

Graduated in monumental art from the Surikov Art Institut in Moscow, Ivan Lubennikov has been awarded the highest artistic prizes of Russia. His work is part of many public and private collections: State Tretyakov Gallery, State Russian Museum, Russian Academy of Arts, Saint Petersburg, Peter Ludwig Museum…

Selected Press

The Tretyakov Gallery Magazine Viktor Kalashnikov

Ivan Leonidovich Lubennikov is a true artist of paradoxes. If viewers familiar with his very aestheticised and ironic easel paintings learn that he also created the fanciful steel structures inside or on the facades of certain buildings, they are bound to think that this fact runs counter to the laws of nature and society.

Valeurs Actuelles Valérie Collet

Une fausse naïveté se mêle à d’évidentes citations de Courbet, Balthus ou OttoDix chez ce Vallotton de la nouvelle Russie que fascine la silhouette féminine.

Le Point Serge Gleizes

Il y a un brin de naïveté dans les oeuvres du peintre russe Ivan Loubennikov, mais aussi une langueur romanesque, quelques touches de symbolisme, voire de réalisme. Il y a surtout la patte d'un artiste bien dans son époque qui fait jongler les émotions avec un regard d'architecte et de poète.

Passport Moscow ‘Populated Islands’ v. Unlimited Nihilism of the Contemporary World: Artists of the 1980s
Le Point Une vaste fresque russe inaugurée à la station de métro Madeleine à Paris

L'oeuvre, réalisée par l'artiste russe Ivan Loubennikov, est un patchwork de verre et de métal, illuminé par un système de rétroprojection, qui raconte parfois ironiquement l'histoire de la Russie. Le vitrail est parsemé de croix, de faucilles, de marteaux, de boulons et d'étoiles à cinq branches.