Francine Van Hove

Née en 1942 (France), elle vit et travaille à Paris.

 

La peinture de Francine Van Hove est exclusivement centrée sur de jeunes femmes mises en scène dans son atelier. Son processus de travail commence avec une idée de sujet, traduite en poses gracieuses par ses modèles et affinées par l’exécution de plusieurs dessins préparatoires pour en vérifier le naturel.

 

Ses scènes de vie quotidienne conservent une part de mystère sous leur apparente simplicité. Hors des contraintes du monde extérieur, comme un affront, ces jeunes femmes se laissent aller à ne rien faire et à profiter de ces moments arrachés à l’écoulement du temps. Insensibles à leur propre beauté, elles imposent par leurs attitudes purement féminines une mystérieuse harmonie, une certaine fragilité aussi. Son œuvre intimiste traduit un sentiment d’incommunicabilité et de solitude salvatrice, comme une retraite délibérément choisie contre l’agitation du monde.

 

Influencée par la statuaire antique et la peinture flamande et italienne de la Renaissance, Francine Van Hove cherche à perpétuer une virtuosité technique proche des maîtres anciens : une peinture volontairement lisse comme du verre qui procure une sensation d’émerveillement devant le rendu de la matière et la richesse des détails.

          

Born in 1942 (France), she lives and works in Paris.

 

Francine Van Hove’s painting is exclusively based on young women staged on her studio. Her process starts with an idea of subject, translated into graceful poses by her models and refined by many preparatory drawings to verify that it looks natural.

 

Her everyday life scenes keep a kind of mystery under an apparent simplicity. Out of the constraints of the external world, like an affront, these young women let themselves go to laziness or to enjoy some moments extracted from the passage of time. Unconcerned by their own beauty, they impose by their purely feminine attitudes a mysterious harmony, a kind of fragility too. Her intimist work reflects a feeling of incommunicability and a saving loneliness, like a retreat freely chosen against the unrest of the world.

 

Influenced by the ancient statuary, the Flemish and Italian Renaissance painting, Francine Van Hove seeks to perpetuate a technical virtuosity close to the one of Old Masters: a painting deliberately smooth like glass that brings a sensation of wonder by the rendering of material and the richness of details.

Selected Press

Valeurs Actuelles Valérie Collet

Sur le thème de la nature morte à interpréter dans tous les sens du terme, il a réuni un beau florilège d’artistes. A découvrir.

The Heritage Post for Women Lisa Damberg

Lazy Afternoon

Art Actuel Lectures interrompues

L’oeuvre de Francine Van Hove allégorise le quotidien : l’instantané devient définitif et la signification de l’anecdotique monte d’un cran.

Yareah Isabel del Rio

Divine women. Mirrors and more mirrors. Interview with artist Francine van Hove

La Gazette Drouot Marie Aubert

Née à Paris en 1942, Francine Van Hove a enseigné le dessin avant de se consacrer à la peinture. Sa représentation très sensible de la féminité lui a permis d’être rapidement remarquée.

The Ground Angela Son

Thoughtful or Thoughtless? Francine Van Hove’s Girls

Pixelcreation Léonor de Bailliencourt

Avec son esthétique légèrement surannée, la peintre Francine Van Hove expose à la galerie Alain Blondel de jolies jeunes femmes plongées dans un moment d'intimité

La Gazette Drouot Lydia Harambourg

Le monde de Francine Van Hove est celui de la femme. Celle-ci apparaît dans une permanence corporelle qui lui confère une sorte d’éternité.