Angélique

Born in 1957, she lives and works in Paris.

 

She realizes sculptures in thermoplastic and organdy, the sheerest cotton cloth from a traditional work of pattern, seam and embroidery.

 

Her work is focused on signs of contemporaneousness, still lives or portraits of real people filled with urban cultures. Emblematic of her sculptures, the white color emphasizes their fragility and give shapes to fullness and emptiness. Incarnated in a fabric envelope, her subjects show in the same time their presence and their absence.

 

Her technique borrows from the one of a couturier, sculptor and surgeon. The white diaphanous material is the support of a real story, a metamorphosed description of her surrounding world. Her objects are crystallization, ultimate pictures of objects or people getting away from reality before disappearing.  

 

Selected recent solo and group exhibitions

2016      F.A.I.R.E.S., 116 centre d’art contemporain, Montreuil 

2014      F(R)ICTION, Espace d’art contemporain Eugène Beaudouin, Antony

2012      Sacré blanc! Hommage à Thomas Gleb (1912-1991), Musée Jean-Lurçat et de la tapisserie

              contemporaine, Angers

2011      Morceaux exquis, Espace Fondation EDF, Paris; Au fil des œuvres, Musée d'Elbeuf

2010      Doublures - Regards croisés autour du fil et du textile dans la collection du Frac Haute-

              Normandie

2004      Sculptures d'Organdi – Photogrammes, Galerie Alain Blondel, Paris

Selected Press

Le Parisien Magazine Tanneguy de Kerpoisson

Avec cette œuvre très réaliste, la sculptrice française Angélique (née en 1957) recompose, à sa façon, le panier de la « ménagère de moins de 50 ans », cible des publicitaires.

Miroir de l'Art Benoît Ladune

La sculpture d’Angélique est donc une sorte de parenthèse dans un monde aux couleurs souvent trop criardes, un soupir, un silence au beau milieu du vacarme d’aujourd’hui, une respiration tranquille, sereine, qui vient écrire la vie avec un vocabulaire que l’on n’a pas l’habitude de lire.

Vivre Côté Paris Aurélie des Robert

En toute transparence.

On pourrait croire que derrière ces silhouettes blanches évanescentes se cache le travail du métal. Il n'en est rien. Angélique Lefèvre sculpte de l'organdi, l'un des tissus les plus délicats, faisant disparaître les limites entre le réel et l'irréel. Portrait cousu de fil blanc.

Palace Costes Jean Paul Gaultier couture

Angélique est une artiste rare qui réalise des sculptures uniques, à la fois irréelles et réalistes.

L'Echo Républicain Basem Shalabi

« l'objet de ces sculptures est de faire le lien entre passé et contemporain » ajoute l'artiste qui a travaillé auprès des grands couturiers parisiens jusqu'en 1990.

Culturebox Corinne Jeammet

Les créations d’une cinquantaine d’artistes contemporains sont mises en regard et en écho avec l’œuvre de Thomas Gleb.

Exporevue Céline Catucci

Le terme de transparence pour Angélique, pourrait être l'apologie d'un discours politique, une réflexion sur le dit et le non-dit, le réel et le non réel, l'absence et la réalité.

Le Figaro Magazine Béatrice Comte

Angélique Lefèvre s'inscrit dans la lignée des créatrices qui, telles Ghada Amer ou Brigitte Nahon, ouvrent le champ de l'art en usant du fil et du tissu comme matériaux.

Univers des Arts Anne-Julie Bémont

Angélique est une jeune artiste qui travaille depuis près de dix ans à la confection de ses "fameuses" sculptures. Elle n'a jamais encore exposé son travail, étant donné le temps qu'il lui faut consacrer à chacune d'entre elles.